Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 22:54

L'exposition Trajectoires s'est terminée en apothéose par le concert "Du soir au matin" du nom de l'une des compositions de Thierry Cuelfucci. Une initiative de Daniel et Birgit Grobet.

Une affluence record, le concert a affiché complet et tout le monde n'a pas pu entrer,



Concert du 05 04 10 008

 

flyer 2

  

 

 

éclats du concert

 

Des oeuvres choisies pour répondre à celles de Daniel Grobet, l'équilibre musical répondant à celui des sculptures.

Un grand moment, merci aux artistes qui nous l'ont offert.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 09:51

 

 

Les mobiles de Daniel GROBET sont semblables à la Vie.

Stables, aux formes variées , ils semblent attendre...
Attendre le vent, l'eau, la lumière, l'intervention de l'Homme.

Puis l'énergie habite enfin le mobile,
Comme la Princesse que l'on réveille d'un profond sommeil,
en lents mouvements il se déploie, se rétracte, se balance, danse, se fait calligraphie sur les murs.
Le mobile devient conte,
Il raconte des histoires de rencontres, de grâce, de sérénité, de temps.

Lui qui est mouvement,laisse le photographe saisir la multitude de ses instants,
et pendant ce temps, joue avec les ombres, les nuages, l'horizon.
Il espère la venue d'un oiseau, d'un chat, de mains,
Il vit, vibre et sa surface brille dans les rais du soleil.

Mais lentement, à nouveau, privé d'énergie, le mobile retrouve sa position initiale, dans le silence...

Jusqu'à quand ?

22 Mars 006a

SabineToulas

Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 18:33

contes-005.jpg

Elisabeth fait visiter l'exposition de Daniel Grobet aux enfants des écoles :leur raconter les oeuvres, dire le parcours de l'artiste.

contes-023.jpg

Pour ouvrir un autre possible, Monique Lefebvre dit des contes.

Le pays des contes a de tous les temps été celui des enfants, et ici, ils prennent le même chemin que les sculptures pour faire entrer un peu d'imaginaire dans la réalité.


CIMG5703.JPG

Raconter la vie autrement, lui donner d'autres images, le temps d'un instant suspendu sur le souffle de la conteuse.


Monique-raconte.jpg

 

Initier les enfants à l’art contemporain : les sensibiliser, leur donner des clés …C'est l'un des objectifs de la MAC'A, et les grandes expositions annuelles en sont l'occasion privilégiée.

 


Partager cet article
Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 18:15

L'arbre à œufs, à l'origine Daniel Grobet l'a conçu pour une collectionneuse d'œufs.

 

24-03-10-013.jpg

 

Et il intrigue cet arbre, ainsi que la poule que l'on peut voir à la base de son tronc.


Il est conçu pour s'animer lui aussi. Un œuf d'autruche évidé doit recevoir du sable, ainsi alourdi, l'arbre penche sa ramure. Peu à peu le sable s'écoule, et l'arbre s'agite lentement. En montant l'un des reposoirs à œuf vient caresser la poule. Surprise, elle bascule et pond un œuf de métal.

 

11 03 10 037

 

 

Si vous souhaitez savoir comment il fonctionne,  n'hésitez pas, lorsque vous visitez l'exposition, pour savoir comment l'arbre bouge, vous pouvez demander une démonstration manuelle à l'artiste, il est présent le mercredi, le samedi et le dimanche après-midi... En l'absence de l'artiste les personnes de l'association,  vous expliqueront...

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 08:30

Dimanche 21 mars, Christine Lacombe a improvisé au milieu des sculptures de Daniel Grobet,

Christine Lacombe

 

Debussy pour charmer les sœurs siamoises


DSC09716

 

 et flûte basse en résonance avec l'allongement de Nestor.


La flûte et ses notes métalliques répondait parfaitement au balancement des statues, dans l'accoustique idéale de la salle du rez de chaussée du Cloître Saint Louis.
Une belle expérience, à renouveller.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 08:51

Dans l'esprit des objets introuvables de Carelman et d'Oulipo (la référence est affichée), les objets rêvés de Régine Lathus et Franck Sotelo, apportent l'insolite et juste ce qu'il faut de décalage par rapport à notre quotidien souvent tristounet.

Créés sur des jeux de mots, 365 objets, un par jour, dont certains sont encore en cours de réalisation. L'exposition à la Médiathèque Ceccano, rue Laboureur à Avignon, présente 80 de ces objets,

depuis le château de fables,

13-03-10-001.jpg

jusqu'à l'arrêt aux pages, en passant par autant de haltes hilarantes et poétiques.

 

13-03-10.jpg

Les deux artistes devant le seiche serviette (pas encore né).

 

09-03-10-003.jpg


"Un art toujours foisonnant et jubilatoire", à déguster tous les jours, sauf le dimanche, de 12h30 à 18 heures et de 10 heures à 18 heures les mercredi et samedi. Jusqu'au 27 mars 2010.

Un site pour les retrouver :

www.33fevrier.com


Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 00:46

Un jour avant le vernissage, Daniel Grobet règle encore les équilibres, les derniers ajustements sont indispensables, les équilibres sont précis, mais sensibles, le mouvement les fait vivre, mais il peut aussi les faire chavirer. À force de défier les lois de la pesanteur et de la dynamique, Daniel Grobet se joue de nos certitudes et de nos repères, il nous faut accepter de regarder les choses d'un œil neuf, repenser notre rapport à la matière, le métal ici se fait légèreté, au poids car le volumineux surmonte le frêle, et ce qui devrait être immobile se meut avec une grâce toute aérienne.

 

Le rez de chaussée est consacré à l'œuvre figurative (1988 - 1993), des pièces ludiques, inspirées de numéros de cirque.

2010 Trajectoires Daniel Grobet

 

La grande magicienne

Un grand chandelier, les bougies en brûlant font que la boîte s'ouvre, libérant une boule que la grande main accueillera en bout de course.

11-03-10-023.jpg

 


 

Nestor

11-03-10-034.jpg

 

 

Il tient aussi une boule dans sa main, mais celle-ci est remplie d'eau. En se retournant, l'eau s'écoule et Nestor s'allonge.

 

L'arbre à œufs, tient une place à part par sa fantasmagorie et son air échevelé.

11-03-10-005.jpg

 

« C'est une commande d’une collectionneuse d’œuf qui désirait un présentoir original, laissant au sculpteur toute liberté de composition, jusqu’à découper son tapis pour que le tronc de l’arbre apparaisse comme s’il était planté dans son salon. Sur les branches reposent une centaine d’œufs de toutes sortes et de toutes les couleurs, notamment, un œuf d’autruche, qui contient du sable. En retournant cet œuf percé, le sable s’écoule en libérant du poids. Ainsi, l’arbre se met doucement en mouvement, faisant basculer la poule picorant dessous qui pond à son tour un œuf. » Texte tiré du descriptif de l'exposition, par étage, établi par l'artiste.

11-03-10-037.jpg


Les Sœurs Valentine, Yoko et Yakik, Strapontin, Tandem, le garçon de café , les ombres... sont les noms évocateurs des autres œuvres exposées au rez-de chaussée.

Au second étage : les attrape- feu qui ont fait l'objet d'un autre article ICI

Enfin au premier étage : « sensibles équilibres », qui sont les créations plus récentes, feront l'objet d'un futur article.

 


11 03 10 030

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 16:27

Tout près du centre ville de Nîmes, dans une rue au nom charmant, la rue de la Biche, Marcel Robelin nous a reçus dans son atelier, le samedi 6 mars 2010. Situé sur deux niveaux très bien aménagés dans une ancienne dépendance et tout près d'autres ateliers distribués autour d'une cour, le lieu frappe tout d'abord par sa semi-obscurité. Le rez-de chaussée sert tout à la fois d'entrepôt et pour le travail des grandes œuvres sculptées. C'est au premier étage que l'artiste nous attend dans la partie réservée au travail sur le papier, où les créations servent de cloisons pour délimiter les zones d'ombre et de lumière, telles des moucharabiehs, entretenant ainsi un mystère autour des œuvres regroupées selon les références de l'artiste, qu'il nous reste à tenter de déchiffrer.

 

2010 Atelier de Marcel Robelin

Ici, rien n'est anodin et tout est œuvre d'art, de la moindre déchirure de papier jusqu'aux aux outils, organisés en installation. Marcel Robelin fait voisiner ses créations avec des « trouvailles » qui s'intègrent à l'oeuvre, créant cette impression d'unité d'inspiration qui frappe le visiteur.

 

 

2010-Atelier-de-Marcel-Robelin-2.jpg

L'unité, Marcel Robelin la trouve dans le support de son travail, le papier et le papier kraft particulièrement, choisi pour l'idée de force que son nom implique, son aspect et son faible coût ; et l'originalité de son pigment : la cendre : Celle des feux de cheminée l'hiver, des feux extérieurs l'été. Toute un palette fixée par l'acrylique et dont « les couleurs ne passent pas, car elles sont déjà passées » Des gris, des ocres, seule exception le noir de la « Nuit Gitane », dont la cendre est celle des cigarettes préférées de Serge Gainsbourg.

 

 

06-03-10-011.jpg

Vœu de pauvreté, recherche de la nature, réinventée, recherche de l'homme surtout à travers son essence même ou encore ses formes d'expression, sa mémoire enfermée dans des livres impossibles à lire.

 

 

MR-et-ses-oeuvres.jpg

Prochaine exposition à Avignon du 22 au 25 avril 2010 au cloître Saint Louis, avec Paule Tavera.

 


 

06 03 10 024


Marcel Robelin dans son atelier

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 09:02

La MAC'A exposera,  du 13 mars au 5 avril 2010, le travail de Daniel Grobet, artiste qui vit et travaille dans le Gard, et qui est passionné par l'équilibre, le mouvement, les ombres. La rencontre avec une œuvre de Calder à la Fondation Maeght en 1974, a décidé de sa carrière de sculpteur de mobiles.


Entre 1975 et 1996 Daniel Grobet utilise la combustion de bougies pour donner vie à ses sculptures tout en recherchant des équilibres de plus en plus élaborés.

Les attrape-feu sont nés de cette recherche.


  2010-D.Grobet-Danse.jpg


 

Le mouvement nait de la lumière.

Les bougies en fondant libèrent le poids des bras métalliques,

et la sculpture peu à peu se meut autour d'un axe, les bras s'élèvent, tournent.

Une autre sculpture nait ainsi.

 

2010-D.Grobet-Forge.jpg

 

 


Les attrape-feu seront mis en lumière exclusivement en présence de l'artiste,

les mercredi, samedi et dimanche.

 

Pour plus de détails sur l'exposition, cliquez sur l'affiche :

affiche 2010

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 02:15
Avec les  photos prises durant la visite de l'exposition "sans titre#1 " à la collection Lambert le 23 janvier dernier, j'ai composé cette mosaïque :

Lambert-23-01-2010.jpg
Il est interdit de photographier les œuvres exposées, c'est pourquoi elles apparaissent peu .Cette exposition, la dernière avant les travaux, propose des œuvres des années quatre-vingt, principalement de Robert Combas. Mais aussi d'intéressants parallèles entre la poésie de Jean Charles Blais et de la "nouvelle figuration" et le "bad painting", avec Jean-Michel Basquiat par exemple, ou encore des artistes plus "inclassables" comme Loïc Le Groumellec.

Sans oublier l'installation permanente de la salle du haut 'J'ai rêvé d'un autre Monde" de Claude Lévêque, qui nous plonge au cœur d'un brouillard rouge pour mieux nous ramener à l'essentiel des battements de la vie.



Partager cet article
Repost0