Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 18:30

 

26-04-2013-008.jpg  

 

Du 13 avril au 4 mai, Rose Lemeunier était à l'honneur à la Galerie du Parcours de l'art, 69 rue Bonneterie, afin de présenter son exposition «Petites formes mouvantes».

 

L'artiste, originaire du Mans, utilise comme matière première des images furtives de paysages tronqués, cueillies le long de l'autoroute menant à sa région natale.

 

 

 

 

26-04-2013-010.jpg

 

Photo Mac'A FD

Ces paysages urbains dessinés au crayon, se télescopent avec la matière abstraite de l’aquarelle: dans son dessin, l'artiste crée l'accident au moyen d'une tache de couleur, dissolution de l'image, évoquant la brutalité du changement induit par la vitesse.

 

                                                                                                         Photo Mac'A FD

418134774387326.jpg

 

 

Rose Lemeunier crée une tension entre paysages industriels rigides et formes humaines mouvantes et vibrantes. Le traitement en touches courbes des figures humaines renforce la dichotomie entre la dimension du paysage et celle de l'humain, entre les mouvements robotisés de la grue et le geste du semeur, ouvrant une réflexion sur son propre geste d'artiste.

 

 

   

 

 

 www.roselemeunier@odexpo.com

 

 

L'artiste s'interroge sur l'impact de l'instantanéité sur la société: A quel point la modernité, l'industrialisation, la mécanisation et la vitesse , influencent-elles notre perception du monde? Un retour aux sources est-il encore possible dans un paysage qui change si vite?

 

Rose Lemeunier participera à une exposition collective à la Tour Philippe Le Bel de Villeneuve les Avignon, avec Greca Dapelo, Axelle Perrot, Sylvia Cabezas-Pizzaro, installations, sculptures, dessins, peintures... du 29 juin au 1er septembre 2013.

 

A.N. 15 mai 2013

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 09:17

 

Durant tout le mois de mars 2013, la MAC'A a eu le plaisir d'accueillir les artistes de la Maison de la Gravure Méditerranée pour une exposition qui a remporté un vif succès. Plus de deux mille visiteurs ont été séduits, interpellés par les œuvres présentées tout autant que par la mise en scène de cette exposition.

 

Impressions affiche

Pour beaucoup la gravure était une découverte, à notre époque où l'impression est sortie de ses créneaux traditionnels. La gravure aujourd'hui n'est plus un moyen de reproduction et de diffusion, les plasticiens se la sont appropriée pour en faire un mode d'expression de leur créativité.


La gravure dans tous ses « états » :

le 14 mars, Jean-Pierre Rose a dressé un panorama de la gravure, son histoire, au tout début était l'impression sur tissus et l'orfèvrerie, et son évolution depuis la fin du Moyen-Âge, lorsque l'arrivée du papier en Occident a permis l'impression et la diffusion des œuvres réalisées. L'estampe s'est alors avérée le plus important moyen de reproduction, de diffusion des modèles avant que des artistes comme Dürer, Rembrandt, Goya, lui donnent ses lettres de noblesse. Si l'estampe reste affaire de collectionneurs, elle a toujours du mal à sortir du cercle des « connaisseurs », les artistes contemporains l'ont pourtant poussée dans ses retranchements et fait sortir de ses créneaux habituels.

 

14-03-2013-019.jpg

Conférence de Jean-Pierre Rose

 

 

Mais beaucoup d'interrogations sur les techniques restaient encore, et les artistes qui sont venus en parler et démontrer leur savoir faire au sein même de l'exposition dans l'atelier éphémère qui y avait été installé, ont permis d'apporter des réponses, notamment sur l'impression.

Un artiste, une technique :

Marc GRANIER  Gravure sur bois  Dimanche 10 Mars à 14h - article ICI 

Judith ROTHCHILD  Manière noire  Dimanche 24 Mars à 14h - article ICI

Vincent DEZEUZE  Cellulogravure  Mercredi 27 Mars à 14h - article ICI

 

Accueil des enfants :

Ce même atelier du second étage a accueilli des enfants pour une initiation à la gravure, le mercredi 20 mars, certains de ces travaux ont été exposés le dernier jour,

 

Travaux-des-enfants-des-ecoles.jpg

Quelques unes des réalisations des enfants

en bas à droite, celles réalisées le 20 mars –

les autres réalisations ont été faites dans les classes.


Après avoir conté pour les enfants des écoles, tout au long de l'exposition,

 

Contes-pour-les-enfants.jpg

c'est Monique encore qui a clôturé l'exposition avec des contes et des lectures pour adultes – poésie et littérature autour de la gravure – mais rien d'autre que l'intitulé « pour adultes » pourrait sous-entendre.

 

01-04-2013-040.jpg

Mardi 2 avril, l'exposition a replié et ré-emballé ses œuvres pour faire place aux bureaux du Festival d'Avignon.

 

02-04-2013-001.jpg

 

 

Merci encore aux artistes de la Maison de la Gravure Méditerranée pour avoir permis aux Avignonnais et aux visiteurs de passage dans la ville de découvrir le monde captivant de la gravure contemporaine loin des clichés de « passéisme ». Oui la gravure est bien vivante et c'est aujourd’hui un moyen d'expression à part entière qui, pour les plasticiens, s'ajoute à tous les autres pour que leur créativité ne connaisse aucune limite.

 


Le site de la Maison de la Gravure : cliquer sur l'image  Maison de la Gravure Méditerranée

 

Les photos de l'exposition sont visibles dans l'album qui lui est consacré ICI

Voir aussi la page rétrospective consacrée à l'exposition ICI

Partager cet article

Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:19

Dernière des rencontres 'un artiste - une technique" : ce mercredi 27 mars, Vincent Dezeuze a levé le voile sur une technique contemporaine qui questionne beaucoup les visiteurs de l'exposition "IMPRESSION(S)", la cellulogravure.

Il présente cette technique sur le site de la Maison de la Gravure Méditerranée :


 

"Le papier mâché vient de faire son apparition dans le champ des expériences.

La matrice n'est plus une tôle solide ou une planche de bois mais une simple accumulation de papiers collés comme pour les figures de carnaval. Ce matériau à priori fragile et plissé est très résistant à la pression, de plus il révèle toutes les strates cachées de sa confection. La matrice prend vie au fil des encrages et des impressions."

 

Vincent-Dezeuze.jpg

En premier est le gaufrage, ici à gauche le papier simplement humidifié vient prendre la forme des creux de la matrice non encrée (il ne s'agit pas de papier, mais d'une plaque de médium) - ensuite, lorsque la même planche est encrée, on obtient une épreuve qui conjugue gaufrage et image.

La fabrication de matrices à partir de papiers et de cartons collés, ouvre des  possibilités créatives  nombreuses et variées, multipliées par le jeu de l'encrage et de la composition à partir de plusieurs matrices. La pression exercée par la presse permettra au papier d'épouser la moindre les épaisseurs et le papier, paradoxalement, résiste mieux à de fortes pressions que la plaque de métal.

Quoi de mieux pour montrer les possibilités de cette technique que de passer à une démonstration de l'impression à partir de plusieurs matrices en papiers collés, comme celle-ci :

 

27-03-2013-028.jpg

Une fleur en papiers découpés, collés et ici, encrée prête à être imprimée.

 

la-cellulogravure-impression.jpgVincent Dezeuze dépose les matrices sur le plateau de la presse,

puis règle la pression des rouleaux,

 

Cellulogravure-impression-2.jpgEnsuite, après avoir déposé sur les matrices, un papier humidifié,

il actionne les bras pour faire passer le plateau entre les rouleaux,

ensuite, il montre le résultat : l'estampe.

 

Cellulogravure-matrices-et-impression.jpgen haut les matrices sur le plateau de la presse,

en bas le résultat sur le papier, en miroir.

 

Un autre exemple avec ce poisson :

 

Cellulogravure-matrice-et-estampe.jpg

Sur la matrice, en haut, on voit bien grâce à la lumière

les écailles suggérées par des pastilles de papier en épaisseur,

en bas, l'estampe, ses couleurs et ses transparences.

 

 

L'exposition proposait plusieurs oeuvres créées grâce à cette technique dont les résultats sont souvent bluffants.

Voir ici la liste des artistes par étages, et parmi les oeuvres de Vincent Dezeuze :

 

Cocomoulinette-et-Cocomoulin.jpg"Cocomoulinette et Cocomoulin" au premier étage

 

IMPRESSION(S) –   du 1er mars au 1er avril 2013.

Espace Saint Louis - Avignon

La MAC'A expose les artistes de la Maison de la Gravure Méditerranée.


Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 08:22

Plus d'une centaine de personnes étaient présentes au rendez-vous donné par Judith Rothchild dans le cadre de l'exposition de gravure contemporaine 'IMPRESSION(S)" à l'espace Saint Louis en ce dimanche pluvieux, le 24 mars dernier.

 

24-03-2013-001.jpg

Une partie du public

 

Il faut dire que si toutes les techniques de la gravure interpellent le public de cette exposition, celle-ci tout particulièrement, gardait une part de mystère. La manière noire, ou mezzotinto - en italien "demi-teinte" - est connue depuis le XVIIe siècle et a été appréciée pour ses rendus veloutés et sa gamme de dégradés de gris tout autant que par ses noirs profonds et riches.


Judith Rothchild est l'une des spécialiste de la manière noire, discipline qui peut sembler fastidieuse, il faut en effet plusieurs heures pour "grainer" une plaque de cuivre afin d'obtenir les noirs - je dis les noirs car manuellement, et même si l'artiste est expérimenté et appliqué, il y a nécessairement des variations qu'une pratique industrielle peut faire disparaître (NDLR).

On "graine" la plaque à l'aide d'un berceau, par plusieurs passages de l'outil, avant de faire revenir les valeurs de gris et de blanc avec des brunissoirs :

 

outils-de-la-maniere-noire.jpg

 

A gauche : berceau (Musée de l'imprimerie), à droite brunissoirs et grattoirs (Wikipedia)

 

maniere-noire-1.jpg

 

Judith Rothchild "berce" la plaque de cuivre,manuellement à gauche,

à droite avec une installation qu'elle a mise au point : le berceau est installé

au bout d'un manche lui-même maintenu dans une gouttière, pour reposer le bras et le poignet.

 

Lorsque la plaque est grainée, totalement ou partiellement selon de désir de l'artiste, les valeurs sont dessinées au brunissoir :

 

 

24-03-2013-022.jpg

 

Ensuite, lorsque l'artiste décide que son dessin est achevé, il peut en réaliser une première épreuve, en encrant la plaque,

 

24-03-2013-030.jpgl'encre (qui peut être légèrement chauffée pour être plus fluide)

et les outils d'encrage, ici le rouleau car les tailles sont peu profondes.

 

encrage-essuyage.jpgencrage au rouleau et essuyage au tampon de tarlatane, pour dégager les parties claires

 

Ensuite, la plaque est déposée sur le plateau de la presse taille douce, le papier humidifié la recouvre, on repose les langes (feutres) par dessus. La pression a été préalablement réglée avec une plaque et un papier de même épaisseur, on peut dont actionner les bras pour faire avancer le plateau entre les rouleaux de la presse.

 

impression-de-la-gravure-copie-1.jpg

 

A droite, on peut admirer le résultat,

 

24-03-2013-032.jpg

 

Une belle démonstration, merci à Judith Rotchild.

 

 

24-03-2013-006.jpg

Elle travaille à Octon  où va prendre vie un village des arts et métiers : 27 artistes et graveurs, plasticiens du livre, et maisons d'édition seront présents sur leurs stands dès le vendredi 26 avril 2013

Octon (34800) - Hameau des Ricazouls

14h : ouverture du salon

18h : vernissage

contact :parc.octon@yahoo.fr

Le dépliant est disponible jusqu'au 1er avril à l'espace Saint Louis d'Avignon, au rez-de chaussée de l'exposition de la Maison de la gravure Méditerranée.

Partager cet article

Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 08:22

 

Du 1er mars au 1er avril 2013, la MAC'A accueille des artistes de la Maison de la Gravure Méditerranée pour une exposition de gravure contemporaine à l'Espace Saint Louis.


Impressions affiche

 

Plusieurs rencontres et animations sont organisées dans le cadre de l'exposition :

Conférence de Jean-Pierre Rose - Jeudi 14 Mars à 18h 

« Gravure, styles et techniques : des origines aux enjeux numériques 

contemporains » 

 

Rencontres-démonstrations « Un artiste, une technique » 

Marc GRANIER  Gravure sur bois  Dimanche 10 Mars à 14h 

Judith ROTHCHILD  Manière noire  Dimanche 24 Mars à 14h 

Vincent DEZEUZE  Cellulogravure  Mercredi 27 Mars à 14h

 

Atelier Enfants ( 8 à 12 ans) - Mercredi 20 Mars de 14h à 17h 

Réalisation d’une gravure    

Nombre de places limité. Renseignements et inscriptions : 

m.a.c.avignon@gmail.com

 

Visites scolaires accompagnées de contes 

Sur réservation : 04 90 80 02 59

 

La première des rencontres avec un artiste était consacrée à la gravure sur bois avec une démonstration de Marc Granier, peintre et graveur, qui vit et travaille dans les Cévennes.

 

10-03-2013-001.jpgMarc Granier présente la planche de bois gravée.

 

Plus d'une cinquantaine de personnes ont assisté, intéressés, voire passionnés, à cette démonstration, car pour beaucoup, la gravure reste mystérieuse, et la réalisation d'une impression a permis de mieux comprendre le cheminement depuis la planche - le support gravé ou dessiné, quel qu'il soit - jusqu'à l'estampe : l'impression sur le papier.

 

preparation-papier---encrage.jpg

Préparation du papier, un papier "japon" fin, découpé aux dimensions de la planche,

encrage au rouleau à l'aide d'une encre typographique,

à la verticale pour que l'auditoire puisse voir.

 

 

encrage-depose-du-papier.jpgL'encrage se pratique normalement à plat, l'encre est déposée sur une plaque

pour être étalée uniformément sur le rouleau ; 

ensuite, le papier est déposé délicatement sur toute la surface.

 

impression-de-la-gravure.jpgL'impression se fait elle aussi au rouleau,

par dessus le papier pour transférer l'encre.

Ensuite, on admire le résultat en soulevant le papier.

 

Merci à Marc Granier pour cette passionnante démonstration , et pour avoir continué à répondre aux questions des visiteurs tout au long de l'après-midi, au total plus d'une centaine de personnes.

Gageons cependant qu'il reste encore bien des questions, car il ne suffit pas de comprendre une technique artistique pour savoir quel est le cheminement de l'artiste, depuis son projet jusqu'au résultat, car pour y parvenir, il aura à choisir parmi toutes les techniques disponibles et à créer. Au final, c'est bien l'oeuvre réalisée qui seule compte.

 

10-03-2013-005.jpg

 

Le bois gravé,

les deux estampes réalisées sont visibles au second étage de l'exposition.


Les oeuvres de Marc Granier sont exposées au premier étage :


02-03-2013-045.jpg

 

IMPRESSION(S)

du 1er mars au 1er avril 2013

Espace Cloître Saint-Louis

20 rue Portail Boquier - Avignon

 

Le site internet de Marc Granier :  www.peintre-graveur.fr

 

La gravure en quelques notions historiques et techniques sur la page ci-contre :

"Quelques notions de gravure"

Partager cet article

Repost0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 17:29

La seconde sortie organisée le 9 février 2013 par la MAC'A, a conduit un groupe nombreux à Aix en Provence à la découverte des expositions proposées dès ce début d'année.

 

Le parcours a débuté par la visite de "Agnès Varda en Bouches-du-Rhône" à la Galerie du Conseil Général, cours Mirabeau.

Dès l'arrivée sur le cours, l'atmosphère est installée grâce à Yayoi Kusama et son"Ascension des pois sur les arbres"  - "Ascension of Polka Dots on Trees" :

 

09-02--2013-011.jpg

dans le cadre de "L'ART-À-L'ENDROIT" - parcours contemporain dans la ville.

 

 

Jusqu'au 17 mars Agnès Varda "nous donne à voir ses Bouches-du-Rhône. L’exposition comprend vidéos, films, photos, dont un reportage sur Marseille effectué en 1956." sur la terrasse de la cité radieuse,

 

13EVT027289-700x340.jpg

 

Agnès Varda propose sa vision des Bouches du Rhône, l'embouchure vers la mer, dans la vidéo d'accueil,  les quartiers de Marseille aux noms évocateurs et leurs habitants en portraits de groupe.  Une "aventure photographique" qu'elle partage avec nous.

 

 

Nous restons sur le pourtour méditerranéen avec l'exposition "Cadavre exquis",

jusqu'au 13 avril au Musée Granet,

 

visuel_cadavre.jpg

 

Comme dans ce jeu du dessin collectif inventé par les surréalistes; 15 artistes invités confrontent leurs oeuvres, leurs parcours,


548.jpg

 

Les artistes invités : Algérie, Nourredine Ferroukhi / Chypre, Lia Lapithi / Egypte, Moataz Nasr / Espagne, Carmen Calvo / Grèce, Ilias Poulos et Georgia Spiropoulos / Israël, Sigalit Landau / Italie, Fabrizio Corneli / Liban,  Marwan Rechmaoui / Maroc, Bouchra Ouizguen / Palestine, Sharif Waked / Syrie, Diana Al-Hadid / Tunisie, Abdelwahab Meddeb / Turquie, Orhan Pamuk. Le français Philippe Favier, auquel le musée Granet a consacré en 2012 l’exposition «  Corpuscules  », est l’artiste initiateur de cette chaîne de créations. 

 

De la diversité culturelle et esthétique nait une exposition qui se "voyage" d'une salle l'autre.

 

 

09-02--2013-033.jpg

 

"I feel, you feel, we feel through each other, into our selves" - Ugo Rondinone
Un olivier d'aluminium laqué, place Saint Jean de Malte,devant l'église du même nom et l'entrée du musée Granet. "L'ART-À-L'ENDROIT"

 


Autre exposition, dans l'Office de Tourisme :

"PAPert'ART Project :PAPier Design & Recup".

 

visuel_papert-art.jpg

Les œuvres de 6 artistes internationaux et français seront présentés  :
- Anita BRENDGENS, ALLEMAGNE,
- Inci KANSU, CHYPRE ,
- META 2 (Aurélie MASSET & Malik Ben Messaoud ), FRANCE (Marseille)
- Hélène TSCHACHER, ALLEMAGNE
- Simge UYGUR, CHYPRE
- Groupes d'élèves de l’IPSAA ESDAC, FRANCE (Aix-en-Provence)

 

"La Tendance Papier s'installe partout dans nos intérieurs et dans nos villes : matériau en perpétuelle évolution, écologique et économique à la fois et beaucoup plus résistant qu'on ne le suppose, il se prête à une infinie diversité de traitements : le papier se plie, se colle, se coud, se tresse, se froisse... Plus encore, le papier recyclé devient un matériau de multiples objets fonctionnels ou poétiques..."

 

 

L-ART-A-L-ENDROIT.jpg

Meubles en papier, Meta 2 - Office de Tourisme ; "cage de fer personnelle" de Sofia Taboas- Cour d'appel ; "Le Monument " Xavier Beilhan - cour de l'Hôtel de Ville.

 

. "L'ART-À-L'ENDROIT"  :

Un parcours d’art contemporain à Aix-en-Provence -12 janvier au 17 février

Artistes : Marc-Camille Chaimowicz, Mark Handforth, Thomas Houseago, Rachel Feinstein, Kimsooja, Yayoi Kusama, Jorge Pardo, Huang Yong Ping, Ugo Rondinone, Sofia Taboas, Xavier Veilhan, Franz West. Commissariat : Xavier Douroux.

Partager cet article

Repost0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 16:29

 

Anna-Baranek.jpg

 

 

La plasticienne Anna Baranek a installé son atelier dans les anciennes écuries du château d'Espeyran à Saint-Gilles du Gard.

Les 2 et 3 février, elle accueillait le public, dans le cadre de sa résidence d'artiste.

 

02-02--2013-034.jpg

 

Quatre mois de travail autour de l'architecture très atypique de ce château du XIXe siècle, s'impregnant des formes, des couleurs, de son atmosphère. Elle a emprisonné l'âme de ce lieu, aujourd'hui propriété de l'État, dans des empreintes transposées sur toiles.

 

 

02-02--2013-033.jpg

 

L'oeil du visiteur, attiré par la couleur, l'harmonie des peintures, se laisse piéger par les formes révélées, comme si l'intime du vécu de ces architectures avait été restitué ici

par Anna Baranek.

 

L'atelier restera en place jusqu'au 18 mai, pour la Nuit des Musées, où les oeuvres seront présentées en installation dans le château.


Partager cet article

Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 11:23

La visite débutait le matin par la visite de l'exposition "Mirages d'Orient - chassé-croisé en Méditerranée".

 

 

24--01-2013-010.jpg

 

 

« L'exposition et le catalogue s'ouvrent et se referment avec des représentations de l'exode contemporain.(*) L' « invitation au voyage » s'est transformée en flux migratoire de populations – un nouvel enjeu géopolitique qui ravive les extrêmes et qu'illustrent les images de Lampedusa et d'embarcations à la dérive, ainsi que la voix de rescapés faisant le récit d'existences dramatiques. Si les artistes des plus engagés se sont fait les porte-drapeaux de ces oubliés de l'histoire, c'est parce que les mirages ne sont plus, comme au XIXe siècle, véhiculés par l'Orient, mais bien par l'Occident du nouveau millénaire : ce sont en effet les côtes européennes où miroite le rêve d'une vie meilleur, que tentent chaque nuit d'atteindre ces bateaux partis de Tanger, Tunis ou Tripoli, via Gibraltar ou Lampedusa. » Plaquette de présentation de l'exposition Éric Mézil.

(*) par exemple : Michal Rovner fait s'animer des traces en une procession sans fin sur des pierres granitiques.

 

L'exposition se déroule en plusieurs grandes étapes, l'Orient vu par les Occidentaux, infatigables voyageurs des siècles passés, tels Isabelle Eberhardt, artistes fascinés par l'Orient, peintures du XIXe, croquis, aquarelles, dessins d'artistes des XXe et XXIe siècles – Matisse, Le Corbusier, Barcelo... L'orient des collectionneurs provençaux propose objets du quotidien et objets précieux prêtés par les musées, et œuvres des artistes provençaux.

Enfin, dans la section « de Sardanapale à la place Tarhir », la vision romantique ou sucrée des occidentaux se confronte à une vision souvent plus amère des artistes du Proche Orient ;


Lambert-26-01-12-A.-Lopez-2561-copie-1.JPG

 

Ici le kitch des œuvres de Pierre et Gilles côtoient le sucré les loukoums revus par Paul-Armand Gette et sur lesquels la réalité se cassera les dents. Emir El Quiz confronte les costumes d'apparat d'une cour ottomane imaginaire à  la cité papale

 

 

depuis les « croisades vues par les Arabes » dans une vidéo de Waël Shawsky jusqu'au printemps arabe.

 

020-Lambert-26-01-12-G-Giona.JPG

Moataz Nasr – la place Tahrir

 

 

Objets en fragiles souvenirs, telles ces photographies présentées en 3D, luxé rêvé de l'Orient rapporté et conservé dans de riches collections, à travers ces objets finement ciselés de luxuriantes arabesques ...

La réalité de cet orient rêvé par les occidentaux est tout autre vécue de l'intérieur. La fin prochaine des potentats est annoncée dans les grands portraits du peintre chinois Yan Pei-Ming, la vie au quotidien de la femme – vidéos de Shirin Neshat – de la guerre, la fragilité du verre colore les grenades, pas les fruits, mais d'autres plus explosives. Reste l'espoir, l'espoir vécu un certain mois de janvier sur la place Tahrir, l'espoir né aussi du dialogue entre les cultures, par delà les exodes.

Une grande exposition.

 

28-01-2013-004.jpg

 

Une partie du groupe dans le hall de la Collection.

 

 

 

L'après midi, le groupe s'est rendu à Pernes les Fontaines, pour rencontrer la plasticienne Martine Lafon, à la bibliothèque municipale. Elle y présente sont travail autour de la couleur rouge sous le titre « Écarlate et confusion ».

 

Expositions-exterieures-2591.JPGSon site :

www.martinelafon.com/

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 09:13

L'exposition annuelle que la MAC'A organise à l'Espace Saint Louis sera consacrée en 2013 aux artistes de la Maison de la Gravure Méditerrannée.


 

Son titre : IMPRESSION(S) – Durée : du 1er mars au 1er avril 2013.

Le vernissage aura lieu le jeudi 28 février à partir de 18 heures.

 

2012 Presses à graver

photographies prises lors de la visite du 6 juin 2012 - voir l'article sur ce blog ICI

 

 

 


 

Le site de la Maison de la gravure : cochonLOGO.jpg

Cliquer sur l'image

 

A bientôt... 

 

Retrouvez l'historique de cette exposition sur la page qui lui est consacrée "2013 "Impressions" La MAC'A expose les artistes de la Maison de la Gravure Méditerranée"

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 09:27

La sortie organisée par la MAC'A  le samedi 8 décembre 2012 avait pour objectif de nous faire découvrir deux des membres de la Plateforme Ouest Provence des Arts Visuels- POPARTs :

le Centre d'art contemporain d'Istes

et l'artothèque de Miramas.

"Cette plateforme, gérée par l'association de communes  regroupe le centre d’art contemporain intercommunal, l’artothèque intercommunale et l’ADAPP (association intercommunale pour le développement des arts plastiques et du patrimoine).
La POPARTs a défini une ligne artistique de programmation annuelle, avec une thématique de réflexion, essentielle pour donner du sens à l’ensemble des actions d’éducation culturelle sur le territoire Ouest Provence."

 

 

08 12 2012 027Le centre d’art contemporain intercommunal, situé sur la commune d’Istres, développe les missions de diffusion des arts visuels, de soutien à la production auprès de la création contemporaine et d’éducation culturelle.
Dans le cadre de ces missions, le centre d’art contemporain intercommunal initie un cycle d’expositions, de conférences auprès du public enseignant et scolaire, de formations pour les enseignants, de résidences d’artistes, d’ateliers, de projets transversaux…

 

 

 

Jusqu'au 12 janvier 2013 il accueille l'exposition " Odette Spirite

qui réunit Virginie Barrée, Claire Guezengar et Florence Paradeis

 

08-12--2012-028.jpg

 

"l’exposition est l’aboutissement d’un désir de collaboration entre Virginie BARRE, Claire GUEZENGAR et Florence PARADEIS qui travaillent dans des champs artistiques complémentaires : l’installation et le dessin, l’écriture, la photographie et la vidéo"

Le film Odette Spirite est une fiction de 11mn coproduite par Ouest Provence et l’Association 36’’(Rennes)

Extraits du dossier de presse.

 

08-12--2012-010-copie-1.jpg

 

Une partie du groupe dans la troisième salle,

pour l'ambiance.

 

 

L'artothèque de Miramas est installée au sein de la Médiathèque, réalisation très ambitieuse, et elle fêtera ses trente ans d'existence en 2013.

"La collection, riche de 1825 œuvres, couvre un large panorama des arts visuels des cinquante dernières années.

Elle comprend des œuvres multiples originales (lithographies, sérigraphies, eaux-fortes et photographies) ainsi que des œuvres uniques (peintures, dessins, techniques mixtes et sculptures).

Des expositions (à raison de trois par an, individuelles ou collectives, présentées dans un salle de 230m² environ) et des actions pédagogiques accompagnent cette collection d'art contemporain." Site ouest provence ici


salle-d-exposition-mediatheque-de-miramas-exposition-mart.jpg

Salle d'exposition médiathèque de Miramas exposition Martine Lafon et Sylvie Maurice, été 2004

 

Sur le site de  l'ADRA - Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques

 

Les habitants de l'agglomération de communes (Cornillon-Confoux, Fos-sur-Mer, Grans, Istres, Miramas et Port-Saint-Louis-du-Rhône) peuvent faire partie de la médiatèque et emprunter gratuitement, ouvrages, disques, vidéos et œuvres d'artIl est possible d'emprunter cinq oeuvres d'art pour trois mois. Le catalogue en lien ici,  mais en raison de la propriété intellectuelle des oeuvres, il n'y a aucune reproduction sur internet, elles ne sont disponibles que sur place.

Le fonds constitué depuis 1983, déjà très riche (au hasard des oeuvres de Gérard Garouste - Jean Hélion - Georges Rousse - Antoni Tapiès - Zao Wou Ki ...) ; s'enrichit encore tous les ans d'oeuvres d'artistes contemporains,  en collaboration avec des galeries, dont la galerie Martagon de Malaucène ( par exemple Christine Crozat ou  Sylvie Maurice sur le blog de la MAC'A ici ) ou encore, par exemple, Edmée Delsol sur le blog MAC'A ici ; pour citer des noms que vous avez pu déjà rencontrer sur notre blog.

 

08-12--2012-035-copie-1.jpg

 

Un bel exemple d'une volonté de mettre l'art à disposition de tous.

Partager cet article

Repost0