Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 13:57

 

Du 6 au 21 septembre 2013 s'est tenue une exposition consacrée à l'ancienne prison d'Avignon, autour des photographies de Geneviève Gleize et la mise en musique de Jean-Cohen Solal, dans une mise en scène visuelle de Violette Cros.

 

08-09-2013-029.jpg

 

Les portes des cellules s'organisaient en espace clos dans lequel on pouvait pénétrer.

 

08-09-2013-033.jpg

 

Traces, graffitis, rouille et marques du temps, fidèlement photographiés par Geneviève Gleize. Le regard de l'artiste, habituée des lieux abandonnés par l'homme mais qui gardent encore son empreinte, a su restituer l'ambiance de ce lieu hors normes, la mise en espace et en lumière,  ainsi que la bande son, plongeaient le visiteur dans l'univers carcéral.

Une exposition exceptionnelle de par la qualité des oeuvres et de la mise en espace.

 

02-09-2013-009.jpg

 

Les deux artistes

 

Repost 0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 18:49

 

Dans le cadre de son exposition annuelle, le Conseil Général de Vaucluse invite, jusqu'au 29 septembre,  deux sculpteurs vauclusiens , Béatrice Arthus-Bertrand dans la cour de la chapelle Saint-Charles, avec son œuvre "Forets", bois noirci à l'encre de chine,

 

28 08 2013 011

et Gabriel Sobin dans la cour de l'Archevêché avec plusieurs œuvres,

 

20 08 2013 021

 

dont "Amandier""gisant lumineux" qui prend pour modèle le tronc de l'arbre, "avant sa décomposition l’amandier mort révèle son troc évidé, et laisse ainsi entrevoir son âme". Gabriel Sobin présente ainsi son travail  dans le dépliant  de l'exposition. 

 

Ces deux oeuvres  "phares" de l'exposition font l'objet d'une vidéo présentée dans la  salle de conférence de l'ancien archevêché qui regroupe des sculptures des deux artistes.

 

 

28-08-2013-014.jpg

 

 

Bruno Portet du service Culture du Conseil Général et Grabiel Sobin ont reçu les adhérents de la MAC'A pour une très intéressante visite commentée de cette exposition à la fin du mois de juillet,

 

visite

 

Les deux artistes que leurs œuvres semblent opposer, le titre de l'exposition y fait référence, se rejoignent sur le choix de matériaux naturels qu'ils revisitent, le goût de la gageure, n'hésitant pas à affronter ces matériaux, la difficulté du travail de sculpture.  Là où Béatrice Arthus Bertrand parle de "choc du toucher" et si les couleurs sombres et profondes disent la sensualité et l'énergie ; Gabriel Sobin apprivoise les pierres les plus nobles, des pierres qui déjà en elles-mêmes ont une histoire, pour les polir à les faire lumière, mouvement .

 

20-08-2013-049.jpg

 

Chapelle Saint-Charles, dans la rue du même nom,

cour de l'Archevêché, rue d'Annanelle, Avignon,

jusqu'au  29 septembre 2013 - entrée libre.

Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 18:42

Comme chaque été Le Conseil général de Vaucluse organise une exposition à la chapelle Saint Charles, dans la rue du même nom. Cette année c'est le sculpteur Etienne Viard qui présente ses oeuvres dans la cour,

 

 

ACG_VIGNETTE_150_1342612334.jpg

 

« Autodidacte, Étienne Viard s'intéresse d'abord à la céramique, puis, se consacre à la sculpture, travaillant notamment l'acier « corten ».

Chaque pièce est issue d'une longue réflexion consolidée par des dessins, des découpages, des maquettes en préalable à l'œuvre. L'acier en barre ou en feuilles épaisses est découpé puis modelé, puis plié à froid. Les lignes verticales dominent, fortes et souples, évoquant le végétal. Elles laissent s'insinuer la lumière qui rythme et souligne les volumes, ouvrant l'espace, vers l'horizontale.

L'acier « corten » est défini suivant la norme AFNOR (EN 10025-5:2005) comme un acier auquel un certain nombre d'alliages, tels que le phosphore, le cuivre, le chrome, le nickel, le molybdène, ont été ajoutés afin d'en accroître la résistance à la corrosion atmosphérique par la formation d'une couche auto-protectrice d'oxydes sur le métal de base sous l'influence des conditions atmosphériques. »

 

http://www.vaucluse.fr

 


22 07 2012 015

 

 

 

Dans ce lieu, les sculptures prennent pleinement leur place, jouant de l'ombre et de la lumière, mettant en valeur les équilibres et l'impression de mouvement. Etienne Viard s'inspire de la nature, pour créer à partir d'un métal rétif ces formes d'une étonnante légèreté, et qui semblent se poser  doucement sur le sol.



26 07 2012 023

 

Sans dessin préalable, Etienne VIard recherche la forme, le mouvement avec des maquettes en métal maléable. Ensuite un prototype en dur lui permettra de retrouver le geste premier qu'il faudra ensuite tenter de reproduire dans une structure monumentale, dans la forge grâce à des torsions à chaud.

 

26 07 2012 026

 

 

 

 

Le 26 juillet 2012, Marion MOLLARD, directrice-adjointe de la Culture au Conseil général a présenté cette exposition à un groupe de la MAC'A, 

 

 

26 07 2012 001

Repost 0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 17:19

In Street c'est un collectif de jeunes artistes, animé par Romain Le Liboux et Jules Barras,  qui a pour but de promouvoir les  arts urbains. Déjà en 2011, ils avaient voulu s'inspirer de la campagne d'affichage durant le festival OFF d'Avignon, mais trop discrètes sans doute, les oeuvres se sont retrouvées noyées. L'objectif 2012 était d'être plus présents, via la campagne d'affichage, mais surtout par une présence permanente dans plusieurs lieux, plus inhabituels pour l'art urbain à Avignon, que le parking des Italiens.

 

logo In Street

 

Parmi les lieux investis, ma liste ne sera pas exhaustive, la Galerie Tampopo, qui  acceuille des expositions temporaires, trois, quatre jours, l'objectif : que tous les artistes invités puissent exposer et y réaliser des performances, ici Kouka, le 13 juillet,

 

13-07--2012-012.jpg

 

 

À l'école Pouzaraque,devenue pour le  Festival Off   « l'École du Spectateur » - In Street redonne des couleurs à la cour avec la contribution du Gang de la Wool et d'Aurore Pelisson de l'ACA (autre collectif de jeunes artistes),


 

In-Street-a-l-ecole-Pouzaraque.jpg

 

Chifumi, en bas à gauche, a réalisé une fresque en papier collé et découpé in situ, une vraie prouesse ,


 

14-07--2012-004.jpg

 

 

 

Autre lieu, autre école devenu espace festivalier, "Présence Pasteur", rue du Pont Trouca, à la fois dans la rue,

 

 

 

16 07 2012 028

 

14 07 2012 018

16 07 2012 033


 

 

  

 

et dans la cour,

 

16-07--2012-008.jpg

 

 

 

 

16 07 2012 017Artistes invités :

Kouka - Paris

http://www.kouka.me

THTF - Lyon

http://www.thtfcollective.com

Benjamin Laading   - Paris

http://benjamin.laading.net

Chifumi - Mulhouse

http://chifumi.fr

Tony Weingartner - Strasbourg

http://www.isneyland.fr

Pablito Zago - Avignon

http://www.artistikkommando.com

ërell – St Etienne

http://www.flickr.com/photos/erell

Goddog – Avignon

http://latelierdegoddog.blogspot.com

Esem - Lyon

http://karimdesign.ultra-book.com/

Terak : (musique) - Lyon

http://www.youtube.com/user/terakbeatmaker/

Jonathan Dostert: (vidéo) - Lyon

http://www.flickr.com/photos/jo_dost/

 

 

Retrouvez In Street  :  http://www.facebook.com/pages/In-street-Avignon-Street-art-festival

 

et l'ACA : http://www.facebook.com/peinturefresh

les artistes de l'ACA :

 

Kat's Eye, Marvins Legris, AurorePelisson, Polo 51.67, Roots Art, Romain  Stepeck, Stesuna, Olivier Tresson.

  auxquels se sont ajoutés pour ces créations, Natinath,  www.natinath.com (ci-dessus à droite)

  et Nice Art Pochoiristes, www.nice-art.net 

  et d'autres à retrouver sur le profil FB de l'ACA.

 

 


16-07--2012-031.jpg

 

D'autres oeuvres un peu partout dans la ville et des rencontres, encore, notamment à la Galerie Tampopo, jusqu'à la fin du mois de juillet.

Repost 0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 15:32

La plasticienne Hiroko Nakajima était l'hôte de l'atelier d'Yves Muller, à Avignon, dans le cadre d'une résidence croisée.

 

Le dimanche 27 mai elle a réalisé deux œuvres en présence du public,

 

27-05-2012-004.jpg            27-05-2012-005.jpg

 

Les œuvres réalisées durant cette résidence étaient exposées samedi 2 et dimanche 3 juin dans l'atelier, dont ces deux encres :

 

02-06-2012-025.jpg

 

le "Rhin" et le "Rhône"

 

Hérité de la tradition de la calligraphie japonaise, le travail d'Hiroko s'en détache pour aller vers le minimalisme et ne garder que l'essence du ressenti.

 

Le photographe Yves Muller, dont les Avignonnais connaissent les séries sur les meurtrières et sur les archives municipales et départementales, sera accueilli en retour en Allemagne, par Hiroko Nakajima.

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 18:38

 

Jusqu'au 3 juin, la chapelle du Miracle, rue Velouterie accueille une très belle exposition,  "Ordalie", réunissant 5 plasticiens, Edmée Delsol, François Rabant, Christine Ray, Albane Salleron, Dominique Soudoplatoff.

 

Ordalie affiche
Chacun à sa manière ces artistes investissent le lieu avec juste ce qu'il faut de parcimonie pour faire entrer en résonance les oeuvres et l’architecture bouleversée de cette ancienne chapelle qui garde malgré tout une belle unité. La lumière est présente, suffisamment, mais laisse les zones d'ombre indispensables au mystère. L'exposition a vraiment été conçue pour ce lieu exceptionnel et certaines œuvres conçues in-situ.

 

26-05-2012-044.jpg

 

Edmée Delsol associe le verre et la céramique pour des sculptures qui dialoguent directement avec le lieu et apprivoisent la lumière .

 

Sculptures-Edmee-Delsol.jpg

 

Elle recherche les « passages où se mêlent dualité, correspondance et où s'allient la terre et le verre, la terre et le ciel. »

 

François Rabant propose une installation qui ouvre l'exposition et capte la lumière pour entraîne l'oeil vers l'autre installation, celle d'Albane Salleron.

 

26-05-2012-041.jpg

 

Les deux se répondent, François Rabant parle de la chute dont l'homme se relève différent, et l'argile où il tombe conserve son empreinte. Albane Salleron propose un chemin de croix qui appelle à la l'élévation par la rencontre entre la toile qui blanchit dans la verticalité et l'horizontalité impressionnante de la poutre qui barre la chapelle. La croix est ici la croisée des chemins et les plis rêvés qu'elle propose sur ses toiles absorbent l'horizontalité de l'homme dans son quotidien pour ne laisser que le vertical. (malheureusement les photos se rendent pas du tout hommage à ce travail tout en nuances qu'il faut découvrir sur place.)

 

  27-05-2012-010.jpg

 

Christine Ray nous conte les multitudes qui peuplent nos mémoires et qui se pressent en cortèges qui s'éloignent.

 

26-05-2012-015.jpg

 

A travers la gravure, les pigments ce sont les traces, l'écriture qui témoignent de ces présences.

 

Dominique Soudoplatoff cherche dans la pierre, le marbre, la fragilité de l'humain dans les éclats,

 

26-05-2012-009.jpg

 

elle fige les plis, la matérialité d'un livre et des ses pages dans des surfaces polies et des blocs. Le papier froissé poursuit par sa blancheur cette recherche mais apporte la grandeur, l'éphémère aussi, et les sculptures de papier jaillissent des murs et viennent évoquer les gisants.

 

26 05 2012 037

Les artistes

 

 

Exposition à découvrir tous les jours de 10h à 20 h

Chapelle du Miracle, 13, rue de la Velouterie

Entrée libre
Tous les jours à midi, lecture  par Jacques Artigues - comédien
à 18 heures performance de Jacques Rabant  

 

NB: plus que la réalité des oeuvres, les photographies tentaient de capturer l'ambiance de l'exposition et le dialogue avec l'architecture si particulière du lieu.

Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 09:06

Dans le cadre des Hivernales de la danse contemporaine, l'artiste coréen Lee Ufan est invité pour une exposition à la Maison Jean Vilar, du 25 février au 3 mars 2012. Le danseur et chorégraphe Jonah Bokaer  a créé un solo inspiré par son oeuvre, à la demande du  musée Guggenhein de New-York, On Vanishing. Ce solo sera performé tous les jours, sauf le mardi 28 février, à 13 heures en parallèle avec cette exposition, sur la musique One de John Cage, exécutée en direct par Loren Kiyoshi Dempster. Un double évènement donc, à la mesure de ce que sont ces hivernales de la danse. 

 

24-02-2012-001.jpg

  Photographie MAC'A

 

Lee Ufan a étudié la poésie, la peinture et la calligraphie. Il membre fondateur du groupe Mono-ha, né au Japon dans les années soixante.  "L’origine du mot est Mono : chose ou objet ; Ha : école ou groupe. Les artistes du groupe lors de leur première exposition en avril 1969 proposent de réapprendre " à voir le monde tel qu’il est, sans en faire l’objet d’un acte de représentation qui l’oppose à l’homme ". L'influence du Mono-ha sur l'art contemporain japonais est presque aussi importante que celle de son prestigieux prédécesseur, Gutaï.  Comme d’autres groupes qui lui furent contemporains en Europe et en Amérique, le Mono-ha tente de remettre à plat les données mêmes de l’art et de sa pratique. Les artistes qui y furent associés avaient des préoccupations moins formelles que métaphysiques ; ils insistaient volontiers sur le caractère expérimental de leur travail et allaient jusqu’à remettre en cause le bien-fondé de l’acte de création lui-même. Wikipedia

"Une œuvre d'art est un site où les lieux de faire et de non faire, de peindre et pas peindre, sont reliés pour faire en sorte de résonner mutuellement " . Lee Ufan

 

Une rencontre proposée avec les créations chorégraphiques de l'invitée d'honneur des Hivernales, Catherine Diverrès, qui a suivi, au Japon l'enseignement de Kazuo Ōno, maître incontesté du Butô. Ce mouvement de danse est né au Japon dans les années soixante, lui aussi, en rupture avec les traditions japonaises. Il très lié au shintoïsme, et donc à l'introspection, la relation au monde.

 

Tout le programme des Hivernales sur leur site : http://www.hivernales-avignon.com

Vernissage de l'exposition Lee  Ufan, le vendredi 24 février à 18h30

Maison Jean Vilar

Rue Mons - Avignon

 

Textes de Lee Ufan sur le site du musée d'art contemporain Fernet Branca ICI,

extraits de son livre "Un art de la relation" - Chez Actes Sud.

 


Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 18:48

DELITS DES SENS

 

Jusqu'au 15 mars 2012, la galerie "Délits des sens" expose 7 artistes :

  • Gilles Barp
  • Benjamin Carbonne
  • Christiane Collin
  • Anne-Marie Cutolo
  • Jean-Baptiste Dumont
  • Sylvie Lobato
  • Sourski

 

Sous le dénominateur commun d'un expressionnisme contemporain la galerie de la rue Campagne est le portail de l'association « Délits des sens ».  Si certains artistes présents peuvent ne pas se reconnaître tout à fait dans la démarche expressionniste, notre œil et notre sensibilité perçoivent pourtant bien, à travers la mise en scène de l'exposition, les liens très forts qu'il existe entre les œuvres. Toutes nous parlent de l'humain souvent avec une grande sensualité. Sensualité de la lumière, accrochée par la matière, le noir et les couleurs, qui irradie de l'intérieur ces corps révélés ou suggérés qui disent nos déchirements, nos colères, nos peurs, mais aussi la vie et sa beauté. Pénétrer les œuvres, aller par delà une noirceur de façade, c'est se donner le bonheur de rencontres avec toute la sensibilité et la sincérité d'artistes en quête de ce qui ne devient palpable qu'à force d'aiguiser son regard.

 

Délits des Sens

D'âme, il est question dans le titre de l'exposition, et plus exactement de reflets d'âmes. On peut être dérouté par ces œuvres, se laisser capturer par leur noirceur apparente, mais il est impossible de rester indifférent et de ne pas être touché par ces « reflets d'âmes ».

 

Merci à Gilles Barp pour son accueil en ce samedi matin, alors que la galerie est en principe fermée, et d'avoir accepté deux groupes successifs.

 

Delits-des-Sens-2.jpg

Ici avec le second groupe.

 

Galerie "délits des sens"

3, rue Campane - Avignon

 Retrouvez les artistes sur le site de la galerie
http://delits-des-sens.com/

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 15:15

Jusqu'au 30 janvier 2012, la Fondation Louis Vouland propose une rétrospective de l'oeuvre gravé de Jean Marie Granier,

 

vogranier.jpg

NM à la pointe sèche, sur le site de la fondation : http://www.vouland.com/

 

"Jean-Marie Granier (1922-2007) est né dans les Cévennes à Lasalle où sa famille était établie depuis plusieurs générations. Après avoir fréquenté l’École des Beaux-Arts de Nîmes, il rejoint en 1946 les ateliers de Cami et de Galanis à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.
Pensionnaire de la Casa Velasquez de Madrid de 1950 à 1952, il enseigne le dessin à Nîmes de 1959 à 1976 avant de revenir en 1978 à l’École des Beaux-Arts de Paris en charge de l’atelier de gravure jusqu’en 1988. Il partage alors son temps entre Paris et le Cévennes où il a son atelier.
Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts (Institut de France) en 1992, il a été directeur Musée Marmottan-Monet de 2000 à 2007. "  http://www.jeanmariegranier.com/

 

L'exposition organisée par le musée Vouland permet d'appréhender la variété, la richesse de l'oeuvre de cet artiste, ainsi que sa grande maîtrise technique, dans une discipline, ou plutôt des disciplines, qui en demandent beaucoup. L'occasion de découvrir cet artiste et son oeuvre, qui comme l'indique la présentation de l'évènement est "à la fois enracinée dans les Cévennes et attentive aux mutations de l’art du vingtième siècle" ; mais aussi l'univers de l'estampe.

 

 

Musée Vouland

17 Rue Victor Hugo  84000 Avignon

04 90 86 03 79

 

 

La MAC'A a organisé une visite de cette exposition le 28 janvier 2012. Jean-Louis Vidal, président du Centre d'Art Jean-Marie Granier, avait tout spécialement fait le déplacement pour nous présenter le travail de cet immense artiste dont il fut l'élève.

 

28-01-2012-100.jpg

Ici dans la salle des "labyrinthes" au milieu du groupe de la MAC'A

 

Merci de nous avoir donné les pistes pour découvrir l'univers de Jean-Marie Granier comme il le mérite, avec tout à la fois les clés pour entrer dans le monde, pour beaucoup mystérieux de la gravure, et ici pour progresser dans une oeuvre qui ne cessa d'évoluer, d'aller toujours plus à l'essentiel, l'essence et le rythme de la nature, au centre des études et recherches de Jean-Marie Granier. Un univers où le trait se multiplie pour se faire vibration du noir déchirant le blanc de la feuille.

 

28-01-2012-088.jpg

Burins et pointes sèches à côté de la plaque de cuivre.

 

Et pour finir l'une des citations qui émaillent cette très belle exposition :

 "Que le spectateur prenne goût au  déchiffrement des signes pour son propre compte, se mette à imaginer par lui-même. Je lui donne matière à construire son propre univers, à poursuivre son propre rêve". Jean-Marie Granier

 


Repost 0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 09:16

Pour son exposition annuelle à la chapelle Saint Charles, le Conseil Général de Vaucluse présente cet été et cet automne une installation de l'artiste Richard Long, peintre, sculpteur et photographe, mais aussi marcheur. De ses marches dans le Vaucluse Richard Long a rapporté des ocres de Gargas qu'il a déposés en un long tapis au centre de la chapelle, (*)

 

Champ-d-ocre.jpg

 

Comme le montrent ces photographies, l'ocre se joue des lumières et sa couleur évolue au fil de la journée. Ici ce n'est pas seulement la matière et ses tonalités que veut mettre en avant l'artiste, mais aussi les traces qu'elles conserve. Traces qu'il a laissées volontairement, pour nous dire celles de l'homme, dans le paysage, mais plus généralement ; traces accidentelles, plumes des pigeons, chemins d'animaux... que l'artiste a choisi de laisser là en en témoignage du temps qui lui aussi laisse ses traces.


Impossible de ne pas penser au désert,  mais aussi au paysage de Mars, ses montagnes, les traces laissées par l'eau... Il suffit de se laisser guider et chacun trouve ce qu'il apporte, mais peut croiser aussi les chemins de l'artiste. Car Richard Long ne veut pas occuper l'espace mais lui apporter un sens, la marche du temps, dans le temps et l'espace...

 

Désireux que la lumière intervienne aussi dans son oeuvre, Richard Long a voulu les fenêtres ouvertes, l'occasion de mieux découvrir encore ce lieu,

 

11-07-11-011.jpg

 

et la sacristie voisine, elle-aussi fermée d'ordinaire, accueille un montage vidéo à propos de l'artiste et de sa démarche.

 

 

Exposition visible du 2 juillet au 16 octobre 2011

Chapelle Saint-Charles - 4 rue Saint-Charles - 84 000 AVIGNON

Entrée libre et gratuite, tous les jours y compris dimanches et jours fériés de 10h à 19h en juillet ; de 13 h à 18 h en août, septembre et octobre

Informations : 04 90 16 10 51

http://www.vaucluse.f

 

 

11-07-11-005.jpg

 

Visite commentée pour un groupe de la MAC'A le 11 juillet 2011

Une manière d'entrer en contact avec l'oeuvre et de confronter les points de vue.

 

(*) Bien entendu ce n'est pas Richard Long lui-même qui  aurait rapporté les 10 tonnes d'ocre nécessaires à cette installation !

Repost 0